dimanche 1 octobre 2017

Carnet de voyage n°18 : rencontre avec une femme incroyable



Jour 21 : 

Aujourd'hui, nous nous réveillons dans une autre maison d'hôte trouvée la veille (peu moins glauque mais toujours les cafards...). Nous allons en ville pour louer un scooter afin de visiter le fameux plateau des Bolovens.


Tous les backpackers viennent à Paksé pour faire cette expédition, si bien qu'on a envie de s'y aventurer. Cette région comporte plusieurs cascades et les laotiens y cultivent du café.  Il existe deux parcours pour visiter le plateau des Bolovens, pour ce faire : la grande boucle ou la petite boucle. Nous décidons de faire la petite boucle en une journée (80 km aller-retour si je ne me trompe pas). Nous allons louer le scooter chez un francophone qui nous briefe un peu sur la route. Et let's go.

Après avoir mis de l'essence, on part à la recherche de nos cascades. Après une quinzaine de minutes, on décide de s'arrêter sur le côté de la longue route pour se référer à la carte. Cette route a été récemment goudronnée et il y a très peu de choses dans les environs, seulement quelques maisons de temps à autre. On s'apprête à repartir quand une femme sort du portail de sa maison et nous fait un geste de la main pour nous dire de venir. Après un bref regard étonné entre mon chéri et moi, nous décidons de rejoindre la dame qui se trouve de l'autre côté de la route.

Notre hôte parle français ! Quelle surprise de rencontrer une personne qui parle français au milieu de nulle part. Cette dame (je ne me rappelle pas si elle nous a dit son nom), commence à nous expliquer son immigration en France dans les années 70 et sa carrière professionnelle en tant qu'éducatrice de l'enfance. Elle nous parle de la difficulté d'accès à l'éducation pour les jeunes laotiens. Elle a créé une association pour offrir un accès à l'école aux enfants qui n'en ont pas les moyens. Elle essaie de parler avec les parents aussi et de les sensibiliser au besoin d'éducation. Elle nous parle aussi du gouvernement et c'est extrêmement intéressant. En effet, dès l'âge de 11 ans, les enfants doivent payer l'école. Peu de familles laotiennes ont les moyens de faire continuer l'éducation scolaire. Les enfants se voient donc quitter le système scolaire pour travailler dans les cultures de café avec leurs parents par exemple.

La dame nous présente son mari et ensuite, elle nous emmène visiter son jardin. Et alors là ! Quelle végétation extraordinaire. Elle a quasiment tous les fruits et légumes possibles, des fleurs et des arbres magnifiques et même des poules.




Des étoiles plein les yeux, nous prenons congé du couple franco-laotien. La sagesse de cette femme restera à jamais dans nos esprits et nos coeurs.

Sur la route, nous voyons des paysages très beaux et nous apercevons des cultures de café.
A chaque cascade, il nous faut payer une entrée + le parking. Il paraît qu'il y a des vols de scooters dans la région mais heureusement, nous n'avons pas eu de soucis.


Dans l'escalier ci-dessous, nous faisons la rencontre d'un petit chiot. Il a l'air épuisé à force de monter toutes ces marches surtout qu'il est minuscule (il était tout en bas de la cascade). Du coup, nous le portons pour le ramener en haut. Il semble nous lâcher un petit hochement de queue en guise de remerciement.










Après avoir vu 4 cascades très impressionnantes, nous décidons de retourner à Paksé.


Prochaine étape du voyage : En route pour le Cambodge !
Précédemment : Carnet de voyage n°17 : Paksé, dernière escale du Laos

Les articles que je publie régulièrement sont basés sur des ressentis et ne constituent pas un "guide routard" pour l'Asie du Sud-est. Tout ce que vous pouvez lire est issu de mes notes manuscrites que j'ai gribouillé lorsque j'avais un peu de temps, notamment dans les transports en communs asiatiques.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

Un voyage, une histoire Template by Ipietoon Cute Blog Design and Bukit Gambang